Cette année marque la dixième année de notre stratégie dédiée aux obligations frontières.

Notre principal argument commercial est le même aujourd'hui qu'à l'époque : les obligations frontières offrent des rendements pérennes et des avantages en termes de diversification à travers une gamme d'actifs faiblement corrélés aux bons du Trésor américain. Au cours de la dernière décennie, nous avons connu des hauts et des bas. Dans l'ensemble, cependant, l'expérience a été enrichissante, démontrant notre capacité à naviguer au sein de cette classe d'actifs complexe et, surtout, à délivrer de la valeur ajoutée.

Les arguments en faveur des obligations frontières

Investir dans un fonds dédié aux obligations frontières vous permet potentiellement de saisir une série d'opportunités de diversification dans des obligations émises par des pays, des gouvernements et d'autres organismes de 40 à 45 pays, avec les rendements les plus élevés des marchés émergents ("EM"). Nous pensons que cela se compare favorablement à un fonds d'obligations EM typique, qui ne vous donnera qu'une exposition d'environ 25 % aux obligations frontières.

Nous avons toujours insisté sur le fait que les rendements des obligations frontières étaient généralement dus à des facteurs idiosyncrasiques. Cela explique en partie la forte performance des crédits en difficulté cette année. Un autre argument en faveur de l'investissement dans les obligations frontières est leur faible corrélation avec les bons du Trésor américain. Cette corrélation a été notable en 2023, alors que le rendement du Trésor américain à 10 ans a fortement augmenté, passant de 3,85 % au début de l'année à 5 %.

Lorsque nous avons commencé en 2013, on pouvait dire que les émissions frontières étaient rares et qu'il n'y avait qu'une poignée de gestionnaires qui avaient l'expertise nécessaire pour naviguer sur le marché. Ce discours a changé, car les émissions frontières ont augmenté au cours des 15 dernières années, alors que les courbes de rendement se sont allongées jusqu'à 30 ans. Cela s'explique en partie par la faiblesse des rendements sur les marchés développés, qui a entraîné une recherche constante de rendement. L'amélioration des fondamentaux et une meilleure connaissance de la classe d'actifs ont également contribué à l'augmentation de l'appétit pour les obligations frontalières.

Toutefois, au cours des dernières années, les émetteurs frontaliers ont largement perdu l'accès au marché en raison des rendements élevés du Trésor américain. Sur une note positive, les émetteurs ont obtenu des prêts moins onéreux du Fonds monétaire international en l'absence de financement commercial. En outre, à part le Kenya et le Pakistan, il n'y a pas d'échéances importantes en suspens pour 2024. Selon nous, cela devrait atténuer le risque de défaut à court terme.

Néanmoins, nous reconnaissons que le risque de crédit s'est détérioré et qu'il pourrait y avoir davantage d'événements de crédit dans les années à venir, après un nombre limité de défaillances historiques sur les obligations d'État (cinq au cours des trois dernières années). Néanmoins, nous pensons que les spreads actuels surestiment le risque de défaut de la majorité des émetteurs de notre stratégie.

Quelles sont les perspectives pour les marchés frontières ?

L'expression "marchés frontières" n'est pas de nature à faire oublier qu'il s'agit de pays à haut risque. Cependant, nous avons cherché à combattre cette perception en mettant l'accent sur les risques politiques et économiques élevés dans les principaux marchés émergents. En outre, nous ajoutons que les investisseurs des marchés frontières sont compensés pour les risques soi-disant plus élevés par les rendements élevés offerts.

Il ne s'agit pas de minimiser les risques. Comme nous l'avons indiqué précédemment, nous devrions assister à d'autres événements de crédit dans les années à venir, à mesure que les retombées de la pandémie, de la guerre entre la Russie et l'Ukraine et des taux d'intérêt plus élevés et plus longs feront sentir leurs effets.

Depuis 2020, nous avons assisté à des défaillances de gouvernements en Zambie, au Belize, au Suriname, au Sri Lanka et au Ghana. Cela dit, il y a également eu des défaillances dans des pays non frontaliers, comme l'Équateur, l'Argentine et le Liban. Cependant, de nouveaux incidents de crédit ne devraient pas décourager les investisseurs dans les marchés frontières, ni dans les marchés émergents d'ailleurs. Après tout, les défaillances font partie intégrante du marché américain des obligations à haut rendement depuis toujours, ce qui n'a pas découragé les investisseurs d'investir dans cette classe d'actifs.

L'important est de trouver un gestionnaire qui a fait ses preuves en matière d'investissement dans les marchés frontières. En particulier, ceux qui sont capables d'évaluer les implications juridiques et d'investissement de crédit. Nous pensons qu'abrdn est l'un des rares gestionnaires à remplir ces conditions.

 

La valeur des investissements et les revenus qui en découlent peuvent fluctuer à la hausse comme à la baisse, et les investisseurs peuvent récupérer moins que le montant investi. Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs.

Investir dans les marchés frontières implique un risque de perte plus important que d'investir dans des marchés plus développés en raison, entre autres, de risques politiques, fiscaux, économiques, de change, de liquidité et de réglementation plus importants.

 

Articles relatifs